En plein dérèglement climatique et réduction drastique du vivant, la destruction continue

Après la DCE (2000), la LEMA (2006), la création d’un Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques, les circulaires ministérielles, les campagnes des Agences de Bassins, les colloques, les comités, la COP 21… 

En plein dérèglement climatique et réduction drastique du vivant,

La destruction continue

 

Comme le montre cet extrait du Journal de Saône et Loire, après 8 années de rejet de toutes les informations sur l’histoire et la nature des biens communs de la vallée, et de refus buté de tout dialogue, les « décideurs » s’enfoncent dans l’erreur à Saint Gengoux le National.

Pour les délégués élus et les fonctionnaires, la compréhension de la tête de bassin versant et du patrimoine se réduit toujours à la problématique la plus simpliste : assainissement, traitement des eaux usées, des eaux pluviales et des ruisseaux… Déjà, cette association ne présage rien de bon. L’eau de pluie et les ruisseaux seraient-ils sales et indésirables pour que, comme les eaux usées, on veuille les assainir ? Ce mélange des genres résume tout. Cornaqué par des experts en tuyaucratie, le Conseil Municipal reste fidèle aux « solutions » catastrophiques plébiscitées par ses prédécesseurs, lesquelles ont efficacement contribué à l’effondrement de la biodiversité, à la pollution des eaux du bassin Rhône Méditerranée, à la dégradation de la cité et de ses paysages*, et même au dérèglement climatique :
de l’eau >>> des tuyaux

Pour satisfaire les épandeurs de béton, aggraver le saccage est la seule politique envisagée.

Pourquoi l’eau sur la planète ?
Pourquoi la vie ?
Pourquoi l’eau et la vie, quel rapport ?
Pourquoi la biodiversité ?
Pourquoi l’écosystème, comment ?
Comment le climat ?
Comment le paysage ?
La Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques ?
La cité et la présence de l’eau ?
Pourquoi les anciennes maisons du fond de vallée sont-elles toutes adaptées aux inondations mais pas les nouvelles constructions ?
Pourquoi les Jouvenceaux d’aujourd’hui ne tiennent-ils pas compte des enseignements de leurs anciens ?

Toutes questions évacuées comme négligeables !

On jurerait que tout le monde s’en fout, ou n’est motivé que par l’argent gagné facilement.

Contraints de reconnaître tout bas ce qu’ils ont toujours nié haut et fort – les ruisseaux et les inondations – les élus et l’administration continuent de nier l’écosystème aquatique et toutes ses fonctions pour chacun, pour la cité, pour la région, pour le bassin Rhône Méditerranée, etc. Et, dans l’espoir vain de juguler les crues éclair, de nouveaux crédits publics sont débloqués pour aggraver la destruction des ruisseaux et de la tête de bassin ; tout cela dans le seul but de créer une nouvelle source de pollutions : une station-service au plus mauvais endroit qui soit – là où jamais aucune autre n’a été implantée.

Et la nappe phréatique ? Niée également. Elle n’existe pas puisqu’ils veulent installer les cuves de la station-service justement au plus bas du fond de vallée : dans le talweg creusé par le ruisseau; donc, dans la nappe phréatique qui n’est autre que la partie souterraine du ruisseau. Source de Manon, bief du Moulin de la Boutière et ruisseau de Nolange, prairies humides, mares, inondations, haies, murets en pierre sèche, patrimoine architectural… c’est devenu une habitude de nier ou de détruire ce qui dérange les projets aussi égoïstes qu’irréfléchis de quelques-uns. Juste une volonté féroce de faire disparaître la nature et le patrimoine.

Et l’ONEMA qui a la compétence et le devoir de ramener à la raison les décideurs égarés ? C’est là le plus curieux de toute l’affaire, car après un si long oubli général de la culture des anciens, et de mépris pour la vie des campagnes, l’aveuglement et l’obstination dans l’erreur ne sont pas propres à St Gengoux, hélas. C’est encore très répandu et c’est pourquoi ont été édictées la DCE, la LEMA, et créées l’ONEMA, les Agences de Bassin, etc.

L’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques** qui est chargé de l’application de la loi correspondante, celui-là même qui vante les opérations de restauration de ruisseaux enterrés (comme il en est besoin à St Gengoux)***, qui sensibilise à la sauvegarde des têtes de bassin versant****, pourquoi n’intervient-il pas ? C’est une énigme. Plus étonnant encore, l’agence de Saône et Loire affiche une belle contradiction avec la politique proclamée au niveau national – en contradiction aussi avec les recommandations de l’Agence du Bassin Rhône Méditerranée. C’est au point que la mise en tuyau définitive de l’eau du ruisseau – exceptée, bien sûr, celle de sa nappe phréatique – ne semble leur poser aucun problème ! Comme au bon vieux temps. Quant à la tête de bassin où tous les saccages sont envisagés… omerta totale.

Notons que l’article du JSL confirme le rejet à l’égout de l’eau de la Source historique de Manon (captée depuis le XIIIème siècle). Mais toujours rien sur sa pollution par la décharge brute non curée qui est en haut de son vallon. Rien sur la nécessité de réhabiliter la décharge et de redonner vie à la source. Et que va devenir l’eau morte et polluée « déconnectée du réseau » ?

Pour le collectif de sauvegarde
ACG

* Pays d’Art et Histoire entre Cluny et Tournus
Le plan de paysage

** Créé par la loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006, l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA) est un établissement public dont les missions principales sont les suivantes :
Développer les connaissances sur les hydrosystèmes et leurs applications, informer sur les ressources en eau, les milieux aquatiques et leurs usages, contrôler les usages de l’eau et accompagner la mise en oeuvre des politiques de l’eau dans les territoires.
Des femmes, des hommes, des savoirs-faire au service de la ressource EAU.

*** La restauration des cours d’eau
http://www.onema.fr/La-restauration-des-cours-d-eau

 

**** Les têtes de bassin versant, un enjeu essentiel pour la ressource en eau

 

Une campagne de l’Agence du Bassin Rhône Méditerranée présentant les principales mesures de bon sens (tout le contraire de ce qui est envisagé à St Gengoux)  :
  1. Eau et changement climatique : adaptons-nous !

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s