Tout ce qu’on nous a fait avaler !

Pourquoi les règles élémentaires de la bonne vie et même de la survie sont bafouées ?

Pourquoi l’instinct de conservation lui-même est impuissant ?

Pourquoi les meilleures démonstrations sont vaines ?  

Pourquoi le pire ne peut être évité ?

Pourquoi des lois et des services officiels à ce point inefficaces ?

Comment tous les dés sont pipés ? 

Quelles forces sont à l’oeuvre ?

Quelles est l’ampleur des conséquences ?

Du miel sans miel produit par un pays sans abeilles, mais un faux miel gorgé de pesticides ajoutés gracieusement.

Des épices épuisées revivifiées à l’arôme artificiel.

Du concentré de tomates moisies maquillé par des artistes chimistes.

Du piment finement broyé avec ses poils et ses crottes de rats.

Des lasagnes au bœuf à la viande de chevaux trafiqués du nord au sud de l’Europe (affaire Findus 2013).

Des jambons gonflés à l’eau et aux produits chimiques, « jambons » de cochons torturés dans des usines à viande – le bas du bas de gamme transformé en plus bas encore.

Des produits laitiers dilués à l’eau mais généreusement sulfités pour stabiliser.

Des suppléments de micro-plastiques d’emballages à peu près partout…

Juste un échantillonnage de ce que peut vous offrir l’agro-alimentaire distribué par les champions des prix bas pour un maximum de profits.

Les prix bas…

La grande distribution a fait main basse sur l’industrie agro-alimentaire de notre pays. Les cinq enseignes françaises sont présentes partout dans le monde, de la Chine à l’Amérique du Sud, en passant par l’Afrique. Cette réussite a été financée ces vingt dernières années par un saignement à blanc des PME françaises, et par une ponction indue du pouvoir d’achat des consommateurs, vous.

Le rapport de force est si déséquilibré qu’une petite ou moyenne entreprise ne pèse rien face aux mastodontes de la distribution. Les centrales d’achat leur imposent systématiquement des conditions abusives qu’elles doivent accepter avec le sourire. Ces contraintes mènent de nombreuses entreprises à la faillite ou, comme cela a été le cas pour nous, les poussent à délocaliser. Certains groupes de distribution se sont même fait une spécialité de racheter des petites sociétés qu’ils avaient auparavant acculées à la ruine.

Aujourd’hui, en France, il n’y a quasiment plus d’épiceries indépendantes, presque plus de boucheries, guère davantage de boulangeries (1). Les PME agroalimentaires n’ont qu’un seul débouché possible : vendre à la grande distribution. Pour cela, elles doivent commencer par passer à la caisse. On leur imposera de payer des budgets de référencement, des participations publicitaires ou autres prestations fictives. Une fois le produit en rayon, il lui faudra encore payer pour garder sa place, payer pour participer à des « opérations de promotion » , type « anniversaire de l’enseigne », bref verser les fameuses marges arrière qui représentent une grosse part du prix du produit.

Le problème, c’est que rien n’interdit à un super-marché de facturer à son fournisseur ces »prestations » ou des pénalités abusives. Et ils ne s’en privent pas, croyez-moi.

(…)

Les grandes surfaces, avec leur boulimie de marges arrière, font sciemment monter les prix tout en faisant croire à leurs clients qu’elles se battent pour faire face aux méchants industriels. Mais sachez qu’aujourd’hui les marges arrières peuvent représenter plus de 60 % du prix final que paye le consommateur, la moyenne dans l’alimentaire étant autour de 35 %. (…)

extraits de Vous êtes fous d’avaler ça !, de Christophe Brusset, Flammarion 2015.

Un livre indispensable pour en découvrir encore plus sur le monde du mensonge et de la falsification généralisés qui nous étouffe et nous empoisonne tout en détruisant la biosphère.

ACG

(1) Ah, les boulangeries ! Les boulangeries et la stratégie hégémonique de la grande distribution… Rappelons-nous le discours qui éblouissait les « intellectuels de gauche » du jeune Nouvel Observateur :

« Il ne s’agit pas d’attaquer la boulangerie, mais l’ensemble des fabrications artisanales et qui veulent le rester à tout prix… Quant aux 40 000 boulangers, pourquoi voulez-vous les retenir dans un travail qui peut être mieux fait à l’échelle industrielle, mieux vaut libérer les énergies humaines pour d’autres conquêtes… Le bâtiment et la route manquent d’hommes. Je crois qu’on sortirait les boulangers de leur pétrin en leur apprenant, par exemple, à conduire un bulldozer« . C’est du Edouard Leclerc cuvée 1966, et cela a été publié par le Nouvel Observateur (rapporté dans La grande distribution. Enquête sur une corruption à la française).

André Gorz, qui alors signait Michel Bosquet, s’est démené comme un beau diable pour soutenir l’expansion de cette lumineuse intelligence économique. Avec des collaborateurs nombreux, il a aussi veillé de très près à ce que les écologistes de la nouvelle gauche ne gênent en rien ses amis de la grande distribution et de la conquête des nouveaux marchés – celui de l’emballage jetable, par exemple (au début de l’année 1972, les écologistes furent stoppés net dans l’élan d’une campagne de sensibilisation dénonçant les dangers du jetable). Car, comme beaucoup d’autres utilités au service de la domination, Gorz-Bosquet n’avait fait mine d’être aux côtés des écologistes de la nouvelle gauche que mieux les contrôler et tuer dans l’oeuf toute résistance à la généralisation du laisser-faire capitaliste. Une stratégie mise au point dans les laboratoires de la guerre économique dès la fin de la seconde guerre mondiale.

Les dégâts du jetable que nous annoncions ? On en voit une partie sur les côtes et jusqu’au milieu du Pacifique. Une autre partie est déjà dans les organismes vivants. Toute la biosphère en a été changée en poubelle.

projet de tract 1971

Les dégâts de la promotion de la grande distribution ? L’amplification de la ruine des producteurs, paysans, artisans, petites entreprises du bon produit. Les délocalisations systématiques vers le moins cher, le plus dégradé, le plus nuisible à tous les niveaux. La désertification des campagnes et des rues commerçantes, et le chômage comme volant de régulation sociale. Le nivellement de la qualité si bas qu’on ne peut plus parler de qualité mais de son contraire. L’explosion des maladies dégénératives boostées par les produits trafiqués. Le gaspillage d’énergie, la pollution locale, la pollution mondiale, la pollution de bout en bout. Comme une réplique du système politique qui a porté la grande distribution jusqu’à la position de pouvoir absolu où elle se trouve maintenant.

 

Une action et un site :

En toute franchise contre les abus de la grande distribution

Un autre livre :

« La grande distribution. Enquête sur une corruption à la française« , Jean Bothorel et Philippe Sassier, Bourin éditeur 2005.

« (…) Aujourd’hui 20 000 communes n’ont plus aucun commerce de proximité, plus aucun pompiste. Les maires sont souvent obligés de subventionner avec l’argent des contribuables, les derniers commerçants qui résistent ou les candidats à l’installation. Ce que le consommateur perd d’une main, le contribuable le perd de l’autre. Certes, on ne peut pas rendre la grande distribution responsable de la grande migration des campagnes vers les villes, mais la brutalité de ses méthodes couplées au laxisme des Pouvoirs Publics, des maires, a grandement contribué à ce qu’on appelle la désertification de la France (…) ».

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s